UQAM - Université du Québec à Montréal
L'invisible qui fait mal
UQAM ›  ›  L'invisible qui fait mal ›  Partenariat  ›  Historique
photo Crédits des photos

Historique de l'Invisible qui fait malh1


L’Invisible qui fait mal s’est développée à partir des travaux de recherche de membres du Centre interdisciplinaire d'études sur la biologie, la santé, la société et l'environnement (CINBIOSE), en collaboration avec trois centrales syndicales:  la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).  L'équipe a eu sa première subvention en 1993. Cette subvention a été renouvelée à plusieurs reprises et ce jusqu’en 2009, par le Fonds québécois de recherche sur la société et la culture (FQRSC) qui a repris le mandat du programme d'équipes interdisciplinaires du Conseil québécois de la recherche sociale (CQRS) 
L'équipe agit comme catalysateur pour stimuler des recherches sur la santé et la sécurité des femmes au travail.  En vingt ans, elle a accueilli des chercheurs-es et militantes de la santé au travail de l’ensemble du Canada lors de colloques.  Les actes de ces colloques, produits par le Bureau de la femme de Santé Canada sont disponibles sur demande.  Le Plan d'action sur la santé des femmes au travail est issu du colloque de 1998 et a été repris par d'autres groupes en Europe et en Amérique latine.
Depuis les années 1990, les activités à l’international ne cessent de croître.  L'équipe est internationalement reconnue  pour son expertise concernant la santé des travailleuses, en droit et en ergonomie.  De 1995 à 2000, l'équipe a participé à un programme de transfert technologique avec l'Université de Carabobo à Maracay, au Venezuela.  Ce programme a débouché sur plusieurs collaborations en Amérique latine, et à l'élaboration d'un programme conjoint avec les pays andins.   Le Bureau technique syndical de la Confédération européenne des syndicats a publié, en 1999, le livre Comprendre le travail des femmes pour le transformer, traduit depuis en six langues. 

Les chercheures de l'équipe ont reçu plusieurs honneurs associés à leurs recherches.  Karen Messing a reçu des bourses d'excellence (1995-97) du CQRS et des Instituts canadiens de recherche en santé du Canada (2001-2007).  Nicole Vézina a été titulaire de la Chaire Général Motors en ergonomie entre 1997 et 2003.  Katherine Lippel est titulaire de la Chaire de recherche  du Canada en droit de la santé et de la sécurité du travail (Faculté de Droit, Université d’Ottawa) depuis mars 2006.


CSN CSQ FTQ Québec

UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : 9 décembre 2008